Bienvenue sur le site de Louis Dalle, un homme libre

L’enfance d’un petit berger

Louis Dalle est né le 27 avril 1922 au hameau de Finieyrols – Prinsuéjols dans le département de la Lozère. Il est le treizième d’une famille de quinze enfants. Ses parents Alexandre DALLE et Rosalie PERIER sont fermier. Louisou est un garçon courageux, travailleur toujours au service de ses proches mais aussi des voisins. Il est aussi d’un tempérament têtu avec un caractère trempé avec déjà un sens inné pour la justice.

Louisou a un cœur d’or. Jamais il ne rechigne devant un travail, un service

Témoignage de son père

L’enfer des camps nazis

A partir du 15 aout 1943, il sera en STO en Allemagne. Il sera cheminot.

En dehors de son travail, il visite les malades et les blessés. Ils sont un groupe de jeunes provenant de Chateaudun. Avec un de ses amis, Nicolas CASTEL, il donne beaucoup de son énergie et d’humanité pour créer des groupes d’amitié dans les camps. Louis donnait des conférences sur des sujets d’actualité. Ces conférences étaient annoncées dans les camps par des grandes affiches. Les thèmes n’étaient pas forcément en adéquation avec la propagande nazi. Il était certain qu’un jour, Louis Dalle et Nicolas Castel seraient arrétés par la Gestapo. Un mouchard va les dénoncer et ils seront interrogés. Quelques jours plus tard, Louis Dalle fera partie d’un convoi à destination du camp de Sacksenhausen

« C’est une grâce de revenir de Buchenwald… Une plus grande d’y être entré… »

Indien avec les Indiens des Andes​

En octobre 1945, il retrouve le paradis de Chateaudun et ses frères d’Allemagne dont ses grands amis Nicolas CASTEL et Pierre LAPORTE qui se préparent à partir pour la Chine. Le 8 décembre, il fait sa profession perpétuelle. Le 21 juillet suivant, il est ordonné prêtre. Il espère retrouvé la Chine de son oncle Auguste et de ses deux amis. Ce sera le Pérou. Le 8 décembre 1947, il embarque à bord du bateau « Le Formose » en direction des Amériques. Lorsqu’il arrive à Lima, c’est la période des grandes vacances scolaires. Il sera admis à la rentrée en avril 1948 au Collège de la Récoléta où les élèves sont principalement des fils de gens de la « haute »… Il profitera du temps qu’il dispose avant la rentrée pour visiter le pays et se tourner vers les petits gueux de Lima et dans la Sierra à 3 ou 4000 mètres d’altitude voir les descendants des incas. Il voudrait tant se consacrer à eux mais sa mission est de scolariser les enfants de la Récoléta.

je ne suis plus qu’un indien qui sent le lama… je me suis fait indien jusqu’aux tripes